Conquest of Paradise (RDX)

Un projet de Christophe Büchel

30.06.06 > 16.09.06
Parvis de la Friche Belle de Mai

Lorsque Christoph Büchel sollicite Philip Ursprung pour une participation à l’écriture de son catalogue Shelter II, il lui demande une critique dévastatrice. On reconnaît immédiatement l’adjectif comme faisant partie du corpus sémantique attaché au travail de l’artiste, la destruction, le chaos, la subversion. Mais la lecture de ladite critique dévoile un autre niveau de compréhension, un autre pan de l’œuvre de Büchel, celui qui scrute les rouages du monde de l’art contemporain, ses conditions et ses limites. Ursprung est saisi dans sa posture de critique et pause un préalable sous forme de constat sur sa profession plus proche d’un mariage forcé entre critiques, artistes et acteurs du marché sur un mode communicationnel que d’une compétence à jugement esthétique.
Déjà, pour l’exposition Capital Affair au Helmhaus de Zurich, Büchel associé à Gianni Motti a retourné comme un gant la proposition d’exposition. Les deux artistes dissimulent à l’intérieur du musée le budget de l’exposition soit 50 000 fr, transformant le vernissage en chasse au trésor, attendu que le butin enfin trouvé est acquis au découvreur. Le Maire de Zurich s’oppose au concept, puis négocie à la baisse le montant du budget. Capital Affair ne dura qu’une journée puisque les artistes refusant toutes négociations décident son annulation. Sélectionné la même année pour la Manifesta de Francfort, Christoph Büchel propose à la vente sa participation sur un site internet d’enchères, obtenant ainsi la somme de 15 099 $.

Dès lors quand Christoph Büchel arrive à la Friche en décembre 2005 sur notre invitation, c’est avec curiosité et une légère appréhension que nous lui faisons visiter les quelques 40000m2 qui composent ce grand ensemble culturel abrité dans une friche industrielle, le point d’orgue de ce « safari » étant l’espace de la Galerie et ses salles adjacentes, des « white cubes » surdimensionnés mais parfaitement circonscrits à l’image des architectures écrins de l’art contemporain. Les espaces sont réservés et nous attendons la préfiguration de son projet d’exposition. Bien sûr l’installation s’intéressera à d’autres espaces pour rejeter ceux, balisés et aseptisés, de l’art. Et c’est dans des zones annexes, toujours traversées par leur passé industriel, que se déploie l’oeuvre de l’artiste.

______________________

avec le soutien de Mécènes du sud et de Prohelvetia
______________________

IMAGES DE L'EXPOSITION

(copyright Matthieu Verdeil)